Radio Gumbo
Cette fiche a été visualisée 1639 fois
2002 Radio Gumbo Flyin' Saucers Gumbo Special  
       
jaquettes/tartine.jpg
Production :
Autoproduction
003
 
 
Musiciens :

Titres :
1- 1 : Radio Gumbo 00:14

1- 2 : Jivemen's Groove 05:04

1- 3 : Tv News 03:31

1- 4 : Ma Cherie 03:22

1- 5 : Lendemain Difficile 03:37

1- 6 : Devil's On My Way 05:17

1- 7 : Si Me Quieres 04:13

1- 8 : Sugar Mama 04:10

1- 9 : Vancouver 03:41

1- 10 : Let The Good Time Roll 04:58

1- 11 : Mister Shaker 06:18

1- 12 : Angelina 14:18

Commentaires :
Lucky Jean Luc (10-11-2002)
J’imagine déjà le froncement de sourcils des puristes du Blues, les yeux écarquillés des "frontiéristes" de la musique bleue et la moue désapprobatrice de certains intéllos de la branlette bluesistique… Et pourtant, le 3eme opus de la formation Girondine, Flyin’ Saucers, à l’image de leur "Live" enregistré en 1999 à Cognac, est remarqué et remarquable. Ce Radio Gumbo est tout à fait comparable à un menu "Dégustation" dans un grand restaurant. Le Chef mitonne une cuisine inventive, de mets fins aux multiples saveurs et senteurs en se sublimant grâce à son talent, son imagination et sa folie ! Les 12 titres (8 compos pour 4 reprises dont une de Benoît Blue Boy) et bonus s’inscrivent dans ce registre. Rock’n’Roll, Valse Cajun, Blues Acoustique, Twist, Swing, Rhythm and Blues, Tex Mex, Funk New-Orleans sont les ingrédients d’un succulent cocktail explosif ancré dans les années 50 et 60. Agrémentés de textes en français et en anglais authentiques et pleins d’humour, les Flyin’ Saucers repoussent encore un peu plus loin les limites pour nous gratifier de purs moments d’allégresse… Les claviers et le chant de Cédric Le Goff s’activent, consolidé par la basse de Jean-Charles Duchein et le jeu de baguettes de Christophe Schelstraete, la guitare d’Anthony Stelmaszack s’exprime avec finesse et inspiration, sans oublier le rubboard et l’harmo de Fabio Izquierdo qui apportent de belles sensations. En guest, Stéphane Stanger aux percussions et cerise sur la galette, Mister Paul Orta (sur 3 morceaux) en chant-lead et au ruine-babines s’offrent une place légitime dans le combo… En résumé, un métissage dense et aboutit, tout à fait digeste, qui s’inscrit dans la continuité de prestations scéniques enjouées et sulfureuses !
A écouter régulièrement et à dévorer sans modération !
 
Envoyez votre avis sur cette tartine