Lil' Jay & The Cardsharks
Cette fiche a été visualisée 717 fois
2007 Lil' Jay & The Cardsharks Lil' Jay & The Cardsharks  
       
jaquettes/tartine.jpg
Production :
Autoproduction
L001
 
 
Musiciens :
Andy Hearn : Batterie , Percus
Arthur Neilson : Basse
Charlie Vatalaro : Caisse Claire
Jason Ladanye : Clavier , Chant , Orgue Hammond , Guitare
Steve Aldi : Basse

Titres :
1- 1 : Shufflin’ 4:26
Jason Ladanye
1- 2 : How Long Should I Wait 5:23
Jason Ladanye
1- 3 : Tell Me Pretty Baby 4:23
Jason Ladanye
1- 4 : Hustler 8:20
Jason Ladanye
1- 5 : My Baby Said Love 4:29
Jason Ladanye
1- 6 : A Bad Hand 6:19
Jason Ladanye
1- 7 : Don't Burn Me Twice 5:25
Jason Ladanye
1- 8 : Funked If I Know 8:11
Jason Ladanye
Commentaires :
Nicolas (14-03-2008)
Avec ce premier album sorti en 2005 sobrement intitulé « Lil’ Jay & The Cardsharks », le guitariste et claviériste Jason Ladanye (alias Lil’ Jay) livre huit titres d’un Blues aux accents funky prononcés. Ce jeune homme montre tout au long de ce disque une véritable aisance que ce soit au chant, avec une Gibson ES 335 entre les mains ou derrière un orgue Hammond B-3 (il suffit pour cela d’écouter le superbe morceau d’ouverture intitulé « Shufflin’ » pour s’en convaincre).

Disons-le tout de suite, la principale faiblesse de ce LP réside selon moi dans le choix fait au niveau des morceaux. En effet, sur les huit titres, nous trouvons pas moins de trois instrumentaux ! Je n’ai absolument rien contre ce type de morceaux qui a cependant trop souvent tendance à tourner à la démonstration. Jason Ladanye n’évite pas ici le piège ! Les 6 :19 de « Bad Hand » (blues lent à la Albert King) semblent interminables même pour le grand amateur de l’homme à la Flying V que je suis !

Ceci étant dit, l’ensemble est tout à fait plaisant et convaincant. Bien épaulé par une équipe solide et talentueuse dans laquelle on retrouve le New Yorkais Arthur Neislon (qui tient ici la basse sur quatre des huit titres), Lil’ Jay distille ses compositions fortement influencées par Albert King (« How Long Should I Wait », « Don’t Burn Me Twice »), T-Bone Walker (« Tell Me Pretty Baby ») et BB King (« My Baby Said Love » qui ressemble comme deux gouttes d’eau au légendaire « Woke Up This Morning » du natif d’Itta Bena Mississippi).

A découvrir et à suivre !
 
Envoyez votre avis sur cette tartine