No Foolin'
Cette fiche a été visualisée 1434 fois
1993 No Foolin' Tommy Castro  
       
jaquettes/tartine.jpg
Production :
The Saloon Recordings
SR1993CD
 
 
Musiciens :

Titres :
1- 1 : Mammer-jammer 05:05

1- 2 : Sweet Little Angel 10:54

1- 3 : Can't Get Next To You 05:32

1- 4 : You Got Somethin' 05:07

1- 5 : Let Me Love You Baby 09:58

1- 6 : Me And My Guitar 04:27

1- 7 : Stone Crazy 11:15

1- 8 : Woke Up This Mornin' 05:58
BB King
/Sam Ling

1- 9 : Midnight Mover 03:30

1- 10 : All Night Long 05:27

1- 11 : Clemency 03:53

Commentaires :
Mad Man (10-06-2003)
Depuis Exception to the rule, son premier enregistrement de 1996, Tommy Castro déroule des albums d’une qualité incontestable. Gominé au Pento tel le senior de la Véga, ce Californien sait nous dispenser, à la pointe de l’épée, un blues qui surgit du fond de la nuit.


Avec ce live de 1993, qui nous parvient tardivement de “The Saloon of San Francisco”, Tommy Castro nous gâte d’un album antérieurement chronologique à la production susmentionnée. Il parait donc raisonnable de considérer le reste de la discographie comme étant... heu!!! fait après.


“The saloon of San Francisco” devait être, à l’époque, le fief des beuveries diurnes et nocturnes du Sergent Garcia qui peu initié au blues, laissait de source sure à Bernardo le soin de donner son avis sur les prestations de l’établissement.


A la question : Que pensez-vous de ce concert de Tommy Castro ?


Bernardo aurais pu nous répondre :B


Merci Bernardo.


Pour ma part, cela commence très fort. Un solide appuis rythmique laisse à notre ami Tommy la part belle pour nous placer un jeu de guitare incisif et une voix chaude à souhait. Les choristes apportent une dimension bluesissime à l’ensemble. La machine à échauder les plus tièdes trouve ses marques sur Can’t get next to you, du vrai blues d’atmosphère Castriste.Le saxo du fidèle Keith Crossan, tantôt ténor tantôt baryton, offre une moiteur sale qu’un clavier ou qu’une seconde guitare ne peut remplacer, comme sur All night long


Dans un style très personnel, mêlé de blues et de soul, la comparaison avec d’autres maître est très difficile. Me and my guitar ou Midnight mover sont des fleurons représentatifs du style Castro.


A écouter d’urgence Right as rain de 99 et le Live at the Fillmore de 2000.


En conclusion jetez-vous sur le moindre Tommy Castro qui bouge car, Zorro, c’est lui..
 
Envoyez votre avis sur cette tartine